Dominique
Peysson

PREMIÈRE IMPRESSION

2017
Dominique Peysson
Détecteur d’émotion, imprimante 3D, écran, ciment
Utilisation du logiciel libre MakeHuman

 

ADN en plastiques fait partie d’un corpus de plusieurs œuvres s’engageant à déjouer les représentations souvent erronées ou faussées que nous nous faisons de la molécule d’ADN.

 

PremiereImpression

 

PremiereImpression

 

Dans le cadre de la résidence artistique de Dominique Peysson au sein de l'Espace Jean-Roger Caussimon de Tremblay-en-France, en partenariat avec le Lieu Multiple, l’école de l’ADN et le laboratoire Ebi-Carbios à Poitiers et soutenu par le Département de la Seine-Saint-Denis et la Région Ile-de-France.
ADN en plastiques a été exposé du 5 janvier au 10 mars 2017 pour l’exposition Première Impression, composée de 5 de mes travaux sur l’ADN.

 

Première impression aborde la notion maintenant reconnue comme fausse par les scientifiques de l’ADN porteuse du plan formel de notre morphologie. En réalité, c’est la rencontre d’informations de croissance avec l’environnement où s’effectue celle-ci qui va guider graduellement la prise de forme. L’artiste s’inscrit ici en faux sur cette notion de forme idéelle se matérialisant dans la matière. Première impression réintroduit dans le processus de l’impression 3D, conçue originellement pour matérialiser une forme idéelle à partir d’une matière amorphe qui se doit de se faire oublier, la part du sensible et la perte du contrôle. C’est l’émotion du spectateur, recueillie par un capteur, qui va interférer avec la génération du fichier de morphologie, pour imprimer toute une série de visages-émotion.

 

PremiereImpression

 

PremiereImpression

 

PremiereImpression

 

PremiereImpression

 

PremiereImpression

 

 

La découverte de l’ADN à conduit beaucoup de monde à survaloriser la génétique dans cet équilibre délicat entre l’inné et l’acquis. L’idée que le code, inscrit sur une molécule au sein de toutes nos cellules jusqu’à la plus petite, puisse nous définir intégralement s’est répandue de manière d’autant plus puissante qu’elle correspondait à une vision déjà bien ancrée dans notre société. Car en poussant plus loin encore la prédominance de l’inné sur l’acquis, c’set non seulement le physique mais aussi le caractère que l’on peut considérer comme prédéfini à l’avance. Il n’y a pas si longtemps, les théories établissant des liens entre notre physique et notre caractère avait le vent en poupe. La physiognomonie, une méthode à la mode au XIXème siècle, se basait sur l’observation de l’apparence physique de quelqu’un, principalement les traits de son visage, pour en déduire son caractère ou sa personnalité. Balzac s’inspira d’ailleurs de cette méthode pour décrire ses personnages dans La Comédie Humaine. Certaines personnes se sont même servies de ces théories fumeuses pour définir les physionomies types des criminels. C’est le cas du criminologue Cesare Lombroso, qui a participé à la mise en place d'une école positiviste italienne, visant à agir en faveur de l’ordre social. Francis Galton a lui aussi utilisé la morphologie des visages. Il est restée tristement célèbre pour ses diagrammes de biométrique à visée eugéniste. La fusion en une image de clichés photographiques d’une collection de criminels lui permettait de définir des visages génériques des criminels ou des syphilitiques.

 

PremiereImpression

 

Les scientifiques ont fait depuis marche arrière, et le milieu au sein duquel va se développer chaque individu est maintenant considéré comme au moins aussi important que le bagage héréditaire. Car l’ordre des nucléotides ne fourni pas un plan de l’être vivant à venir ou en croissance, mais plutôt des directives de construction. C’est donc l’application de ces directives dans un contexte donné qui va conduire à un résultat qui peut s’exprimer comme une co-élaboration. Mais les habitudes de pensée sont persistantes, et cette notion de plan initial marque encore beaucoup les esprits. L’avènement de l’impression 3D vient matérialiser cette idée platonicienne qu’il existe une forme idéelle virtuelle, et que la matière se doit de prendre forme selon ses plans pour devenir digne d’intérêt. La matière est alors considérée comme amorphe et se doit de se faire oublier. L’aspect plastique de l’ABS ou des PLA, les matières premières les plus utilisées en impression 3D, n’est pas d’une grande esthétique, même si il est possible d’en parfaire un peu la surface pour éliminer les effets de lignes et les défauts résiduels. Il faut entre un fichier avec la pièce conçue en 3D, et espérer que la reproduction sera la plus fidèle possible. Le nombre de clones produits à partir du même fichier est ensuite illimité.
Je me suis de ce fait intéressée aux représentations 3D que l’on se fait du corps humain : ces visualisations virtuelles issues d’un programme, et qui nous représentent en tant qu’individu. En cherchant particulièrement quel pouvait être le fichier « générique » ? Quel serait l’homme moyen tel que les fichiers informatiques le conçoivent ? Et notamment, quels sont ou seront les plus répandus ? Car alors, ce sont ces images génériques qui nous seront distribuées comme représentations de notre propre physique… Quel sera l’impact pour nous, nos enfants, d’un formatage générique ? De ce qui est beau et ce qui est laid ? D’un physique qui est à la mode, d’un autre qui ne l’est pas ?

 

PremiereImpression

 

Il existe un logiciel libre dont le nom est évocateur : MakeHuman. Il est tellement facile d’emploi, en plus de présenter l’avantage de ne rien coûter, qu’il est sûr que bon nombre des représentations humaines sur le net vont être - ou sont déjà – issues de ce programme. Les représentations en 3D sous forme de grilles du logiciel sont extrêmement proches des représentations de visages par anamorphose d’Albrecht Dürer, ou des constructions morphiques de d’Arcy Thompson…

 

PremiereImpression

 

Les applications de rencontre en ligne se multiplient, à peu près toutes basées sur le même principe : faire défiler des visages… Et puis, en un quart de seconde, on choisit : je passe (non), je retiens (oui). Ce n’est donc même pas la personne en vrai que l’on jauge (sur son physique), mais sa photographie… Bonne/pas bonne. Enfin… son sex-appeal (bonne/pas bonne). Cela peut-il donc se réduire à cela, un visage ? Quels sont alors les critères de sélection (oui, bonne question) ? Pourquoi peut-on imaginer pouvoir croire qu’un ensemble de pixels bien agencés puissent avoir un quelconque pouvoir prédictif sur la qualité de la rencontre qui va s’ensuivre ? Ou bien alors il n’y a pas tant d’attente que cela, sur la qualité de la rencontre en question, tout simplement. Quelles sont donc nos émotions, devant un visage selfie ? Quels seront les émotions que l’on pourrait peut être ressentir à la vue d’un archétype de visage ? Est-ce que nos attentes ne sont pas forcément pré-formatées (comment en 5 seconde pouvoir prendre le temps d’accepter de se rendre ouvert à une émotion nouvelle, non attendue ? Il faut aller vite, pour voir plus de visages, pour aller à l’essentiel, pour espérer avoir le panel le plus large et donc augmenter la probabilité de trouver celle qui est bonne. Ce processus m’est tellement étranger qu’il me fascine, d’une certaine manière. Quel type d’émotion peut-on espérer ressentir au passage de tous ces visage ? Sera-t-il possible de ressentir encore une émotion ?

 

PremiereImpression

 

Je pars de la génération de visages par MakeHuman, la génération d’humains codifiés. Et j’imagine comme une sorte d’expérience scientifique : que pouvons nous bien ressentir, au regard de ces visages qui passent ? Une vidéo nous montre un continuum de visages, qui lentement passent d’état à état, sans fin. Les yeux s’affinent, se rapprochent, s’ouvrent plus, prennent des rides, le visage s’allonge, se féminise, l’ensemble se transforme, d’une manière et puis d’une autre. Tout cela très graduellement, avec des à-coups parfois. Pour savoir si ces visages-là peuvent encore générer en nous une émotion, j’ai installé un capteur galvanique. En mettant notre main sur le capteur, l’appareil détecte les flux émotionnels qui nous traversent. Comme tout appareil conçu pour le travail sur soi, la rétro-action, le feed-back, il est possible de suivre la ligne d’intensité du capteur. Très ému, insensible, et les fluctuations entre les deux… Face à nous, les visages qui changent, et notre main qui détecte les émotions, dans un ultime effort pour saisir ce qu’il peut bien y avoir encore comme émotion…

 

PremiereImpression

 

Et lorsque – chance – une émotion survient, alors l’image qui l’a générée est enregistrée en sous-main. Elle sera conservée, pour pouvoir être transmise ensuite à l’imprimante. Le visage correspondant pourra ensuite être imprimé, et montré sur un présentoir. Toute une collection de bustes se verra ainsi complétée par des visages. Chaque visage est la trace d’une émotion ressentie à sa vue, aussi légère soit-elle… Comme une tentative pour essayer de comprendre quels sont, parmi tous ces visages typés, ceux qui nous parlent ?

 

PremiereImpression

 

**** Travaux